The Reading Club #12 Mes dernières lectures

, , No Comments
Bonjour vous! Mes lectures de vacances ayant été foisonnantes, j'ai grand nombre de livres à partager avec vous et qui m'ont plus ou moins plu. Pour cette nouvelle édition, on parle littérature d'amérique latine, roman de bons et beaux sentiments et enquête familial. Deux d'entre eux on était des plaisirs de lecture, le troisième un échec ! Comme quoi en lecture on peut ne pas toujours tomber juste :)


Dans ses yeux, Eduardo Sacheri

Ce que dit la 4e de couverture
"Buenos Aires, 1968. La jeune Liliana Morales est sauvagement étanglée. Bouleversé, Benjamin Chaparro, greffier au palais de Justice, jure de dénouer cette affaire qui l'obsède. Mais dans l'Argentine des années de plomb, iniquité, trahisons politiques et exil sabreront sa quête éperdue de vérité. Trente ans plus tard, hanté par le souvenir, il livre le terrible récit de ce drame."

Mon avis
Arrivé à l'âge de la retraite et désabusé d'une vie qu'il n'a pas réussi à remplir, Benjamin Chaparro se met en tête d'écrire ces souvenirs et de revenir sur le meurtre de Liliana, qui le hante et qu'il a besoin de mettre noir sur blanc. C'est ce que je présume car je ne suis pas parvenue à passer au-delà des 80 pages. Je suis déjà allé jusque-là, ce qui est plutôt beau. Je vous en parlais déjà dans ma PAL de l'été d'où me vient cette lecture, je me suis ennuyé. Tantôt à la première personne, tantôt à la troisième, le roman prend énormément de temps à s'installer. La lourdeur de plomb de ces années (dont j'avoue ne rien connaître, l'Histoire de l'Argentine m'échappe) a contaminé le récit, plombant. Vous comprendrez quand je dis que même si un livre a besoin de démarrer, certains indices pour ou pistes lancées donnent envie d'aller gratter plus loin. Hors rien n'a réussi à m'harponner pour que je prenne mon mal en patience. Pourtant il a été adapté au cinéma en 2009 et a apparemment reçu de belles critiques de la part de la presse et du public. Peut-être faudrait-il que je vois le film, qui pourrait possiblement de me donner envie de reprendre le livre. Et vous, l'avez-vous lu? Avez-vous vu le film ?

**

La Petite Boulangerie du bout du monde

Ce que dit la 4e de couverture
" Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d'une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu'un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro? Seule dans une boutique laissée à l'abandon, Polly se consacre à son plaisir favori; préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues - avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands - en petits bonheurs partagés, ce qui n'était qu'un break semble annoncer le début d'une nouvelle vie..."

Mon avis
J'en avais entendu parler ici et là, et face à mes choix de lecture pour l'été, je me suis retrouvée face à ce best-seller, plébiscité par les têtes de gondoles des libraires. L'histoire me donnait envie, l'ancrage du récit dans les Cornouailles m'intriguait, et j'avais d'un récit good feelings à lire entre pavé, thriller et essai. J'ai beaucoup aimé ce roman malgré quelques réserves sur la fin du livre. Ce roman est le récit d'une jeune femme qui a tenté de tout faire pour que son couple tienne, pour que l'entreprise qu'elle avait monté marche, et qui se retrouve finalement dépourvue de l'un et de l'autre, déboussolée et de retour au point de départ. Elle reprend sa vie dans un coin perdu et épargné, dépendant de la nature. Elle reprend les bases, et se reconstruit, et on est très enthousiasmé et ému par cette jeune femme et des sentiments qu'elle évoque ou ressent au travers du livre. On redécouvre de l'authentique, du réel, l'homme face à la nature, à sa nature, à ses sentiments. C'est vraiment les trois premiers quarts du livre qui retrace ce cheminement de Polly et les personnages qui l'entourent que j'ai beaucoup aimé. Les réserves viennent surtout du dernier quart, où, alors qu'on avait eu de bonnes surprises, on termine la lecture dans des clichés, des évidences qu'on aurait aimé éviter et auxquels on s'attend, malheureusement. Mais ça reste un très bon roman d'été comme on se l'entend, une histoire agréable et touchante, de jolis personnages et de bons ressentis. N'hésitez pas!

**

L'Etrange disparition d'Esme Lennox

Ce que dit la 4e de couverture
" Depuis soixante ans, le monde l'a oublie et sa famille ne prononce plus son nom. Esme Lennox n'existe plus. Mais quand ferme l'asile où elle vivait recluse, la vieille femme reéapparaît brusquement. Au bras de sa petite nièce, Esme découvre une Ecosse moderne peuplée de fantômes...qui réveille, sous le silence des années, les secrets inavouables d'une vie volée."

Mon avis
Ce livre a été vraiment une très belle lecture et j'ai pris plaisir à aller au bout de ce roman. Je l'ai trouvé en m'inspirant pour mes lectures sur le site Livre-moi(s), la couverture m'a intrigué, le résumé aussi. Ca n'avait pas l'air d'une ultime enquête, ça n'avais pas l'air vraiment d'une histoire de famille. Il s'agit ici d'un subtil mélange, très bien écrit et au rythme tendu et entraînant. On suit d'abord Iris, la petite-nièce, qui s'efforce de mener comme elle peut sa vie de jeune femme indépendante, amoureuse sans espoir, jeune femme têtue et orgueilleuse au passé familial endeuillé par la perte de ses parents. Elle s'intrigue de la découverte de cette grand-tante Esmé, qu'on demande de venir chercher et qui surgit dans un sa vie comme le lapin du chapeau magicien. Pourquoi ne lui a-t-on jamais parlé d'elle? Comment se fait-il que cette femme agée, qu'elle découvre plutôt normale, ait passé soixante ans si ce n'est pas dire toute sa vie enfermée dans un asile. Iris découvre alors des secrets que ses aieux ont éhontément enfoui, et qui recèlent d'autres secrets encore plus sombres. On découvre toute l'histoire au travers des trois femmes, Iris, Esmé et la grand-mère d'Iris, Kitty, elle aussi finalement enfermée en maison de retraite car elle est malade d'Alzheimer: Cette grand-mère qui est enfermé et s'enferme dans sa tête, dans ses souvenirs, dans son passé qu'on découvre dans ses errances; Et Esmé, cette étrange et pourtant réelle Esmé, au travers de laquelle on accède à une majorité de réponses, et à des pans de l'histoire que j'ai découvert dans ce livre. Sans rien vous gâcher du livre, on découvre ou se rappelle que l'on pouvait faire enfermer une femme sans son accord et sans forcément de raison. 

Encore une fois une merveilleuse découverte et un très bon moment de lecture, une très belle écriture, subtile et très claire malgré l'entrelacement de ces trois destins. Je vous le recommande les yeux fermés, ou surtout bien ouverts pour ne pas en perdre une ligne ;)


**

Un bilan de lecture majoritairement positif, et de plus en plus varié. Et je confesse ne pas être peu fière de varier mes lectures et m'ouvrir de plus en plus au champ des possibles :)


Et vous, qu'avez-vous lu de chouette ou de rater ces derniers temps? Des livres à nous recommander?

Très bonne semaine à vous :)




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire